« Capital » : enquête sur le business des lunettes de soleil

By
juillet 31st, 2012

Category: Documentaires, Solaires

Il y a ceux qui les collectionnent, ceux qui sont prêts à payer très cher un modèle de marque et ceux qui les achètent pour une bouchée de pain… Les lunettes de soleil se déclinent donc pour tous et pour tous les goûts dans une fourchette de prix qui va de 5 à 900 euros. Plus de 5 millions de paires ont été vendues l’an dernier. Des marques se sont spécialisées dans ce domaine, au point de devenir mythiques, comme Persol ou Ray-Ban. Les maisons de luxe déclinent leurs collections et même les lunetiers ont leur propre marque. Sans oublier les modèles « made in China » vendus quelques euros sur les marchés ou les boutiques destinées aux touristes.

On l’a dit, on trouve de tout… Le meilleur comme le pire. “Capital” a ainsi fait tester trois paires de lunettes de soleil : un modèle d’une grande marque à 120 euros ; une paire achetée 10 euros dans une boutique près de la mer ; une troisième à 5 euros, dénichée sur un marché. Après une batterie de tests en laboratoire, dont une exposition équivalente à quatre mois de soleil à Bandol, les deux derniers modèles s’avèrent inefficaces, voire même dangereux. Vu le prix dérisoire, on s’en doutait un peu. Les autorités connaissent les risques sanitaires de ces modèles bas de gamme mais traquent surtout les contrefaçons qui passent régulièrement la frontière italienne avec un faux logo CE – qui garantit normalement le respect des normes européennes – apposé à tout-va pour rassurer le consommateur.

Alors pour s’offrir une “vraie” paire, il y a les combines plus ou moins légales. En caméra cachée, l’équipe de “Capital” visite ces opticiens qui proposent de faire passer la paire de solaire sur la mutuelle”. Certains prennent même rendez-vous en urgence avec un ophtalmo du quartier, de mèche lui aussi, qui établit une ordonnance. Mais les mutuelles se montrent de plus en plus vigilantes et l’augmentation de leurs tarifs reflète sûrement l’ampleur de cette fraude organisée. Une solution légale et moins coûteuse pour se faire plaisir : internet, où l’on trouve des paires de Ray-Ban à 30 ou 40 euros de moins qu’en boutique…

Séverine de Smet

source : teleobs.nouvelobs.com


You must be logged in to post a comment.

%d blogueurs aiment cette page :