Essilor part en campagne, avec Herezie, pour parler du professionnalisme des opticiens au grand public. Il s’agit pour la marque de donner « aux consommateurs des repères pour choisir un professionnel de santé de qualité » tout en glissant un mot au passage sur l’excellence des verres progressifs Varilux. L’opticien tient donc le rôle principal en télévision, radio, web et in-store avec un spot réalisé par Olivier Lucas (Firm/Bandit).

rn_4726977_2_jpg37

Après avoir supprimé 122 postes, Carl Zeiss Vision lance une vaste campagne de publicité à destination des consommateurs. Objectif : des retombées industrielles positives pour Fougères.

20 % des parts de marché de l’optique d’ici à cinq ans, contre 10 % aujourd’hui. C’est le nouveau cap fixé par Nicolas Sériès, PDG de Carl Zeiss France, dont dépend le site de fabrication de lunettes situé zone de la Guénaudière.

L’entreprise revient de loin. Il y a un an, elle perdait son plus gros client. Ce non-renouvellement de contrat – dont l’échéance était connue de longue date -, a été l’une des causes avancées par la direction pour justifier son plan de restructuration.

122 salariés

C’était en octobre. Le groupe annonçait alors son intention de se séparer de son site d’Aubergenville (Yvelines) et de supprimer 150 postes sur les 450 existants à Fougères. Une soixantaine de départs volontaires, quasiment autant de licenciements : 122 salariés ont finalement quitté l’entreprise depuis.

Pour sortir la tête de l’eau, le fabricant de lunettes met les bouchées doubles. Invité sur BFM Business le 19 juin, le PDG Nicolas Sériès a annoncé son ambition de « se repositionner sur le haut de gamme ». Comment ? Grâce à une grande campagne de publicité presse et web dont le montant n’a pas été dévoilé. Sa cible, les consommateurs, et plus précisément les « esthètes exigeants », à savoir les catégories socioprofessionnelles supérieures, prescriptrices et clientes des opticiens « qui veulent se différencier ».

« Sans compromis »

De Claude Monet à Stanley Kubrick, la publicité raconte ces génies dont la route a croisé la technologie Zeiss. Les Nymphéas ou la scène filmée à la bougie de Barry Lyndon n’auraient pas eu la même allure sans notre savoir-faire, sous-entend la publicité.

« Sans compromis ». Le slogan, percutant, ne vise donc pas seulement les professionnels. « On s’est rendu compte que Zeiss était connu pour ses microscopes, ses lunettes de chasse, ses objectifs photo… mais pas pour ses verres de lunettes », ajoute Cécile Benoist, directrice marketing. Le credo est le suivant : jouer l’atout qualité et se faufiler aux côtés du mastodonte Essilor, leader incontesté, et du « challenger prix », Hoya.

300 opticiens sélectionnés

Trois cents opticiens ont aussi été sélectionnés pour être partenaires de cet effort de communication. Aucun fougerais parmi eux.

Carl Zeiss Vision, qui dit avoir subi, en 2013, près de 50 % de baisse de son chiffre d’affaires, investit aussi pour son outil de production. Pour l’aider, il y a quelques semaines, un plan de 189 000 € lui a été alloué par Fougères communauté, la Région et le Département (lire Ouest-France du 12 juin). L’entreprise s’est engagée de son côté à stabiliser l’effectif et revenir à l’équilibre financier en 2015. Un… compromis. Pas une promesse.

 

Claire ROBIN.

source : entreprises.ouest-france.fr

672726_0203512297525_web

Le groupe allemand lance une grande campagne ciblant les esthètes.
Le numéro trois mondial veut doubler ses parts de marché en France.

Zeiss repart à l’offensive sur le marché français des verres correcteurs dans un contexte tendu. La filière optique est en attente de la validation d’un décret, très contesté, qui va limiter les remboursements des lunettes par les mutuelles.

De plus, le groupe allemand vient de voir partir la majorité des salariés de son site d’Aubergenville (Yvelines) qui va fermer en juillet. Il achève aussi un plan social à Fougères (Ille-et-Vilaine). Soit, au total, 255 suppressions de poste en France, plus de 40 % de ses effectifs. Une restructuration engagée après la perte d’un contrat avec GrandVision France, une enseigne qui pesait 45 % de ses ventes.

Pour rebondir, Zeiss fondé il y a 165 ans et numéro trois mondial du secteur, veut augmenter sa notoriété. Il vient de lancer pour cela une grande campagne de publicité car, si l’entreprise, inventeur du microscope, est réputée pour la qualité de son optique, elle est peu connue en matière de vision. En cause, la puissance d’Essilor, leader mondial qui, avec ses filiales, s’octroie près de 75 % de part de marché en France et une présence dans tout le réseau professionnel (12.000 magasins), souvent comme seul fournisseur.

« Pour un opticien indépendant, avoir un seul fabricant de verres permet de négocier de meilleurs tarifs, indique un opticien parisien. Avec Essilor qui est référencé partout, nos clients peuvent aussi comparer les prix d’un magasin à l’autre. » Résultat, Zeiss ne s’est imposé que dans 2.000 points de vente dans l’Hexagone, à qui il promet la proximité : «  95 % de nos verres vendus en France sont fabriqués à Fougères, indique Nicolas Sériès, le PDG de Carl Zeiss France. Nous avons développé un système de livraison rapide en 48 heures. »

Vu les difficultés pour convaincre les opticiens, le challenger du marché a eu l’idée de séduire les consommateurs, «  afin qu’ils réclament eux-mêmes des verres Zeiss ». Un pari osé, alors que pour les verres, à la différence des montures, les fabricants ne sont pas toujours bien connus.

Relance nécessaire

Sa cible ? « Les esthètes exigeants » leaders d’opinion, comme Lucien Clergue, photographe et fondateur des Rencontres d’Arles, qui utilise des verres Zeiss. « Notre objectif est de mettre en avant une innovation sans compromis, relève Didier Stora, président de Gyro, chargé de la campagne. Qui sait que Zeiss est par exemple aux côtés de Google pour photographier la terre avec Google Earth. »

Ambition affichée, «  atteindre 15 % à 20 % de part de marché, d’ici àtrois ans, soit le double d’aujourd’hui », précise Nicolas Sériès. Une relance nécessaire, alors que les ventes de la division vision du groupe ont reculé de 4 % à données comparables sur le premier semestre, à 384 millions d’euros. Le chiffre d’affaires global du leader mondial des équipements ophtalmologistes a toutefois progressé de 7 % sur la période, à 2 milliards. La fabrication de verres n’a pris de l’ampleur qu’en 2005 avec le rachat de l’américain Sola, dont l’intégration s’est achevée en 2011. Sa plus grosse activité est liée aux technologies médicales.

Dominique Chapuis

source : lesechos.fr

784px-Essilor_logo.svg

Au 31 mars 2014, le chiffre d’affaires consolidé d’Essilor International (Paris:EI), numéro un mondial de l’optique ophtalmique, s’établit à 1 322,6 millions d’euros. Par rapport au 1er trimestre 2013, le chiffre d’affaires progresse de 8,4 % hors effet de change.

Chiffre d’affaires consolidé

En millions d’euros

T1 2014 a

Variation
publiée

Croissance
en base
homogène

Effet de
périmètre

Effet de
change

Verres et matériel optique 1 159,7 + 1,0 % + 3,0 % + 2,9 % - 4,9 %
Amérique du Nord 466,8 + 0,9 % + 2,7 % + 2,7 % - 4,5 %
Europe 399,6 - 0,7 % - 1,0 % + 0,6 % - 0,3 %
Asie/Océanie/
Moyen-Orient/Afrique
211,1 + 3,1 % + 9,1 % + 3,9 % - 9,9 %
Amérique latine 82,2 + 4,4 % + 8,9 % + 13,4 % - 17,9 %
Équipements 38,9 - 8,4 % - 4,4 % - 1,0 % - 3,0 %
Readers 124,0 + 45,7 % - 1,8 % + 51,0 % - 3,5 %
TOTAL 1 322,6 + 3,6 % + 2,4 % + 6,0 % - 4,8 %

(a) Depuis le deuxième trimestre 2013, les ventes de Nikon-Essilor en Amérique du Nord et en Europe sont comptabilisées dans leurs régions respectives. Elles étaient précédemment comptabilisées dans la région Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique.

Commentant ces chiffres, Hubert Sagnières, Président-Directeur Général du groupe, a déclaré :

« Avec une croissance de son chiffre d’affaires hors change de 8,4 %, Essilor obtient l’une des meilleures performances trimestrielles de ces trois dernières années, dans un contexte d’une reprise de la demande. Cette performance traduit la dynamique de notre stratégie de création de valeur fondée sur l’innovation produit, le marketing consommateur, le développement d’une offre solaire de qualité et le déploiement de notre modèle unique de partenariats. Depuis le 1er avril, Essilor s’est également renforcé avec les acquisitions de Transitions Optical et de Coastal.com, leaders mondiaux sur les segments des verres photochromiques et de la vente en ligne d’équipements optiques. Nos équipes sont déterminées à capitaliser sur ces tendances porteuses pour renforcer la dynamique du groupe dans les trimestres à venir ».

Un premier trimestre tiré par le rebond de la division Verres et matériel optique

La croissance du chiffre d’affaires de 2,4 % en base homogène est tirée par le rebond de la division « Verres et matériel optique ». Malgré les effets de la perte d’un grand contrat en Europe courant 2013 et des conditions climatiques défavorables en Amérique du Nord, la division affiche une croissance de 3 % en base homogène, la meilleure performance depuis le quatrième trimestre 2012. Ce résultat s’appuie sur un certain nombre de dynamiques porteuses :

  • Succès des nouveaux produits, dont le verre Crizal® Prevencia(TM), le nouveau verre photochromique Transitions® Signature(TM) ainsi que de la gamme des verres polarisants Xperio® ;
  • Forte dynamique des pays à forte croissance (Brésil, Chine et Inde notamment) et reprise de l’activité export de ces pays ;
  • Rebond de l’activité dans la plupart des pays développés et notamment aux Etats-Unis ;
  • Très bonne performance de l’offre de verres progressifs, notamment les produits réalisés en surfaçage numérique.

Les autres divisions du groupe ont souffert d’impacts ponctuels anticipés : faiblesse du carnet de commande de la division Equipements en début d’année et effets de stocks défavorables pour la division Readers.

L’effet périmètre s’élève à 6 %. Il bénéficie notamment de l’importante contribution de Costa Inc. aux Etats-Unis et de Xiamen Yarui en Chine, deux distributeurs de lunettes de soleil, leaders sur leur segment de marché. Parmi les autres contributions notables à l’effet périmètre du premier trimestre figurent celles de Polycore, producteur de verres solaires et de Riverside, un important laboratoire de prescription basé au Canada.

Enfin, l’effet de change reste négatif à – 4,8 % du fait de la dépréciation de l’ensemble des monnaies de facturation du groupe contre l’euro, à l’exception de la livre sterling. Les impacts les plus sensibles concernent le dollar américain et le real brésilien.

Activité par région et division

En Amérique du Nord, la croissance en base homogène affiche un net rebond (+ 2,7 %). Aux Etats-Unis, l’activité profite d’une demande croissante pour les verres progressifs du groupe réalisés en surfaçage numérique, de l’impact positif des réseaux de tiers-payant sur l’activité laboratoires et du succès des nouveaux produits. Ainsi, les verres anti-reflet Crizal® retrouvent un niveau de croissance soutenu, le verre progressif Varilux® S series(TM) accélère son développement et Transitions® Signature(TM), le nouveau verre photochromique lancé en début d’année, connaît des débuts très prometteurs. En outre, le segment des verres polarisants est lui aussi très dynamique, tiré par la forte croissance de la gamme Xperio®. L’activité avec les grands comptes est bien orientée.

Enfin, la bonne dynamique de l’activité des laboratoires permet également au Canada de renouer avec une croissance tonique.

L’Europe (- 1,0 % en base homogène) est impactée par la perte d’un contrat commercial en 2013. La région profite du succès des nouveaux verres progressifs de milieu de gamme Varilux® E series(TM) et Intuitiv(TM)et du verre haut de gamme Varilux® S series(TM). L’activité est tirée par un fort rebond en Espagne où le groupe a gagné un important contrat avec la première chaine d’optique domestique et a bénéficié du succès d’un programme promotionnel. Au Royaume-Uni, la croissance s’appuie sur une dynamique favorable, tant avec les grands comptes qu’avec les opticiens indépendants. La croissance en Suisse et dans les pays de l’Est, qui s’appuie sur la gamme de verres Varilux®, compense une situation difficile au Portugal et aux Pays-Bas. En France, où la demande est pénalisée par l’évolution du contexte réglementaire, les innovations continuent de recevoir un très bon accueil chez les opticiens indépendants, à l’instar du verre Crizal® Prevencia(TM).

L’Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique (+ 9,1 % en base homogène, dont + 5,0 % dans les pays développés et + 10,6 % dans les pays à forte croissance) profite de la poursuite des bonnes performances domestiques des principaux pays à forte croissance de la zone, à laquelle s’ajoute une reprise de l’export et un rebond des pays développés. En Chine, le succès des nouveaux produits se confirme avec la montée en puissance des verres anti-fatigue et des verres anti-reflet Crizal® UV. Ceci se traduit par des gains de parts de marché chez les clients existants et par la conquête de nouveaux clients. En Inde, la notoriété des marques Varilux® et Crizal® continue à tirer l’activité. La Russie progresse fortement tandis que l’Afrique du Sud se redresse. Dans les pays développés de la région, le Japon poursuit sa nette progression grâce à la normalisation de l’environnement concurrentiel, à la solidité des relations clients et au succès des nouveaux produits. En Australie, l’activité bénéficie d’une bonne croissance chez les optométristes indépendants, groupements et chaines.

L’ensemble des pays d’Amérique latine est en forte croissance (+ 8,9 % en base homogène), à l’exception de l’Argentine où le marché continue de souffrir d’un contexte économique très perturbé. Au Brésil, la croissance continue d’être alimentée par les marques phares du groupe, notamment Varilux®, mais également par les autres catégories de produits. Le groupe a notamment positionné la marque Kodak® comme offre de référence dans le milieu de gamme, permettant de raffiner sa stratégie multi-réseaux. Au Mexique, dans un contexte économique peu porteur, Essilor continue de gagner des parts de marché. Le groupe commence à y bénéficier de la mise en place d’un contrat à long terme avec une importante organisation non gouvernementale spécialisée dans l’accès aux services de santé pour les plus modestes. En Colombie, Essilor a développé avec succès de nouvelles campagnes promotionnelles pour renforcer les marques Varilux® et Transitions®, et lancé les verres de marque Nikon®. Enfin, le Chili réalise une très forte croissance.

La division Equipements (- 4,4 % en base homogène) affiche un recul de ses facturations en raison d’un fort niveau de livraison de commandes au dernier trimestre de 2013, notamment en Amérique latine. Au-delà de cet effet mécanique, Satisloh a connu une croissance soutenue dans les pays développés, tirée par les ventes de machines de dépôt sous vide et par le succès de sa nouvelle offre en matière de taillage-montage. Au cours du premier trimestre, Satisloh a également introduit une nouvelle machine d’auto-blocage du verre proposant une technologie éco-responsable. Baptisée ART « Alloy Replacement Technology », cette machine utilise exclusivement des composants organiques recyclables et a reçu de fortes marques d’intérêt au salon de l’optique Vision Expo de New York fin mars.

La division Readers (- 1,8 % en base homogène) a subi quelques effets défavorables au premier trimestre dont le déstockage de la part de l’un de ses gros clients pour la partie lunettes loupe, néanmoins en progression, et un effet de réassort négatif ponctuel dans les ventes de lunettes de soleil. En revanche, les ventes des produits de FGX aux consommateurs ont été très dynamiques et soutenues par le lancement de nouveaux produits et des campagnes de publicité. L’activité à l’international a continué à bien progresser, notamment dans les pays d’Europe où FGX International est implantée.

Événements importants survenus depuis le 1er janvier 2014 et autres opérations

Transitions Optical Inc.

Le 1er avril 2014, Essilor a annoncé la finalisation effective de l’acquisition des 51 % du capital détenus par PPG dans Transitions Optical, leader mondial de la fourniture de verres photochromiques pour les producteurs de l’industrie optique, et de 100 % du capital d’Intercast, fabricant de verres solaires de haute qualité. Fondée en 1990, Transitions Optical est basée à Pinellas Park en Floride (Etats-Unis). Son chiffre d’affaires s’est élevé à 844 millions de dollars en 2013, dont 279 millions de dollars avec des producteurs de verres autres qu’Essilor. Transitions Optical et Intercast sont intégrées globalement dans le périmètre de consolidation d’Essilor depuis le 1er avril 2014. Selon les estimations du groupe, l’intégration de Transitions Optical aura un impact positif sur les indicateurs financiers d’Essilor, avec notamment une augmentation du taux de marge de contribution du groupe de l’ordre de 150 points de base à partir de la deuxième année d’intégration, un effet positif sur le bénéfice par action dès 2014 et d’au moins 5 % par an les années suivantes et un impact positif d’environ 0,5 point sur la croissance organique du groupe à partir de la troisième année d’intégration.

Costa Inc.

Au cours du premier trimestre, Essilor a finalisé l’acquisition de la totalité du capital de Costa Inc., l’un des leaders américains des lunettes de soleil à haute performance.

Basée à Lincoln dans le Rhode Island (États-Unis), Costa Inc. conçoit, assemble et distribue des lunettes de soleil sous les marques Costa, la marque de lunettes de soleil à haute performance la plus dynamique aux États-Unis, et Native. La société a généré un chiffre d’affaires de près de 100 millions de dollars en 2013. Costa Inc. est intégrée dans le périmètre de consolidation d’Essilor depuis le 1er février 2014 au sein de la division « Readers ».

Coastal.com

Le 28 avril, Essilor International a finalisé l’acquisition de la totalité du capital de Coastal.com, l’un des principaux acteurs mondiaux de la vente d’optique par Internet (voir communiqué publié le 28 avril).

Basée à Vancouver, Colombie Britannique (Canada), Coastal.com conçoit et distribue l’une des plus larges sélections d’équipements optiques disponibles sur Internet : lentilles de contact, lunettes de vue avec ou sans prescription, lunettes de soleil et accessoires. La société a généré un chiffre d’affaires de 218 millions de dollars canadiens au cours de son dernier exercice fiscal clos le 31 octobre 2013. Coastal.com sera intégrée dans le périmètre de consolidation d’Essilor à compter du 1er mai 2014.

Autres partenariats

Le groupe a renforcé son ancrage local aux Etats-Unis en prenant une participation majoritaire dans deux laboratoires de prescription depuis le début de l’année :

  • Plunkett Optical, un laboratoire de prescription basé dans l’Arkansas et réalisant un chiffre d’affaires de 3,3 millions de dollars américains.
  • iCoat, un laboratoire de prescription indépendant basé dans l’Etat de Californie spécialisé dans le développement et la vente sous licence de technologies de dépôt de couches minces et de finition pour des équipements optiques haut de gamme. iCoat réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 26 millions de dollars, notamment auprès des chaines d’optique et des sociétés de couverture de soins visuels en Amérique du Nord.

Ouverture d’un nouveau Centre Innovation et Technologies en France

Essilor a ouvert à Créteil son Centre Innovation et Technologies (CI&T) pour l’Europe, le plus grand campus mondial privé dédié à la recherche et à l’innovation dans l’industrie de l’optique ophtalmique (900 personnes).

L’ensemble des équipes et des expertises de recherche et d’ingénierie est ainsi regroupé sur un même site afin de favoriser les échanges et d’optimiser la qualité, les performances, le temps de développement ainsi que la mise sur le marché des nouveaux produits et des nouvelles technologies.

Ce nouveau campus qui représente un investissement de 35 millions d’euros, vient compléter le dispositif mondial d’Essilor qui dispose de deux autres CI&T situés aux Etats-Unis (Dallas) et en Asie (Singapour).

Ouverture d’une nouvelle usine au Laos

Afin de faire face aux besoins liés à la croissance du marché et dans un souci constant d’optimiser sa capacité industrielle, Essilor a ouvert une nouvelle usine de production près de Savannakhet, au Laos. Cette usine dédiée à la production de verres finis en polycarbonate, pour lesquels la croissance de la demande est estimée à 4 à 5 % par an, pourra produire 20 millions de verres par an à pleine capacité. Elle permettra ainsi à Essilor de fournir à ses grands clients des produits en polycarbonate compétitifs pour le milieu de gamme, notamment dans les marchés à forte croissance.

Trésorerie et Financements

Le paiement des 51 % de titres de Transitions Optical ainsi que les effets de saisonnalité habituels ont porté la dette à 1 878 millions d’euros au 31 mars 2014, contre 369 millions à fin 2013.

Afin d’élargir son accès aux marchés de capitaux, Essilor a rendu publics ses ratings à court terme (A1/P1 perspectives stables chez Standard & Poor’s et Moody’s) et long terme (A2 perspective stable chez Moody’s).

Essilor a tout d’abord lancé un programme de papier commercial américain (USCP) de 1,5 milliard de dollars en mars 2014 ; l’encours des émissions atteignait environ 800 millions de dollars au 31 mars.

Le groupe a par ailleurs procédé début avril à une émission obligataire de 800 millions d’euros en deux tranches : une tranche de 500 millions d’euros à 7 ans (coupon de 1,750 %) et une tranche de 300 millions d’euros à 10 ans (coupon de 2,375 %). Il s’agit du coupon le plus bas obtenu par un émetteur non financier dans le cadre d’une émission inaugurale à 7 ans et du coupon à 10 ans le plus bas de l’année pour un émetteur non financier en 2014.

Ceci illustre la confiance des investisseurs dans le modèle économique d’Essilor et la qualité de son profil de crédit. Ces deux nouvelles sources de financement permettent au groupe de se financer à des conditions compétitives tout diversifiant sa base d’investisseurs.

Perspectives

Essilor confirme pour 2014 un objectif de croissance de son chiffre d’affaires compris entre 10 et 12 % hors effets de change et un objectif de marge de contribution compris entre 18,2 % et 18,6 % (en fonction des ajustements IFRS finaux relatifs à Transitions Optical). Ces chiffres s’entendent avant intégration de Coastal.com.

Une conférence téléphonique en anglais aura lieu ce jour à 10 heures (CEST).

Le numéro à composer est : +33(0)1 70 99 42 71 ou +44(0)20 3427 1908 (code d’accès : 3721179)

Elle sera retransmise en différé sur le lien : http://hosting.3sens.com/Essilor/20140429-43C7FA9A/en/

Prochains rendez-vous

L’Assemblée Générale des actionnaires se tiendra à Paris le 7 mai 2014.

Les résultats semestriels 2014 seront publiés le 28 août 2014.

A propos d’Essilor

Essilor est le numéro un mondial de l’optique ophtalmique. De la conception à la fabrication, le groupe élabore de larges gammes de verres pour corriger et protéger la vue. Sa mission est d’améliorer la vision pour améliorer la vie. Ainsi le groupe consacre plus de 150 millions d’euros par an à la recherche et à l’innovation pour proposer des produits toujours plus performants. Les marques phares sont Varilux®, Crizal®, Transitions®, Definity®, Xperio®, Optifog(TM), Foster Grant®,Bolon® et Costa®. Essilor développe et commercialise également des équipements, des instruments et des services destinés aux professionnels de l’optique.

Essilor a réalisé un chiffre d’affaires net consolidé de plus de 5 milliards d’euros en 2013 et emploie plus de 55 000 collaborateurs. Le groupe, qui distribue ses produits dans plus d’une centaine de pays, dispose de 28 usines, plus de 450 laboratoires de prescription et centres de taillage-montage ainsi que plusieurs centres de recherche et développement dans le monde.

Pour plus d’informations, visitez le site www.essilor.com.

L’action Essilor est cotée sur le marché Euronext à Paris et fait partie des indices Euro Stoxx 50 et CAC 40.

Codes : ISIN : FR0000121667 ; Reuters : ESSI.PA ; Bloomberg : EI:FP.

Annexe

Chiffre d’affaires consolidé d’Essilor International (en millions d’euros)

2014 2013
Premier trimestre
Verres et matériel optique 1 160 1 149
  • Amérique du Nord
467 463
  • Europe
400 402
  • Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique
211 205
  • Amérique latine
82 79
Équipements 39 42
Readers 124 85
TOTAL premier trimestre 1 323 1 276
Deuxième trimestre
Verres et matériel optique 1 148
  • Amérique du Nord
452
  • Europe
400
  • Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique
203
  • Amérique latine
93
Équipements 50
Readers 102
TOTAL deuxième trimestre 1 300
Troisième trimestre
Verres et matériel optique 1 114
  • Amérique du Nord
439
  • Europe
376
  • Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique
208
  • Amérique latine
91
Équipements 52
Readers 71
TOTAL troisième trimestre 1 237
Quatrième trimestre
Verres et matériel optique 1 095
  • Amérique du Nord
416
  • Europe
394
  • Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique
197
  • Amérique latine
88
Équipements 60
Readers 97
TOTAL quatrième trimestre 1 252Au 31 mars 2014, le chiffre d’affaires consolidé d’Essilor International (Paris:EI), numéro un mondial de l’optique ophtalmique, s’établit à 1 322,6 millions d’euros. Par rapport au 1er trimestre 2013, le chiffre d’affaires progresse de 8,4 % hors effet de change.

Chiffre d’affaires consolidé

En millions d’euros

T1 2014 a

Variation
publiée

Croissance
en base
homogène

Effet de
périmètre

Effet de
change

Verres et matériel optique 1 159,7 + 1,0 % + 3,0 % + 2,9 % - 4,9 %
Amérique du Nord 466,8 + 0,9 % + 2,7 % + 2,7 % - 4,5 %
Europe 399,6 - 0,7 % - 1,0 % + 0,6 % - 0,3 %
Asie/Océanie/
Moyen-Orient/Afrique
211,1 + 3,1 % + 9,1 % + 3,9 % - 9,9 %
Amérique latine 82,2 + 4,4 % + 8,9 % + 13,4 % - 17,9 %
Équipements 38,9 - 8,4 % - 4,4 % - 1,0 % - 3,0 %
Readers 124,0 + 45,7 % - 1,8 % + 51,0 % - 3,5 %
TOTAL 1 322,6 + 3,6 % + 2,4 % + 6,0 % - 4,8 %

(a) Depuis le deuxième trimestre 2013, les ventes de Nikon-Essilor en Amérique du Nord et en Europe sont comptabilisées dans leurs régions respectives. Elles étaient précédemment comptabilisées dans la région Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique.

Commentant ces chiffres, Hubert Sagnières, Président-Directeur Général du groupe, a déclaré :

« Avec une croissance de son chiffre d’affaires hors change de 8,4 %, Essilor obtient l’une des meilleures performances trimestrielles de ces trois dernières années, dans un contexte d’une reprise de la demande. Cette performance traduit la dynamique de notre stratégie de création de valeur fondée sur l’innovation produit, le marketing consommateur, le développement d’une offre solaire de qualité et le déploiement de notre modèle unique de partenariats. Depuis le 1er avril, Essilor s’est également renforcé avec les acquisitions de Transitions Optical et de Coastal.com, leaders mondiaux sur les segments des verres photochromiques et de la vente en ligne d’équipements optiques. Nos équipes sont déterminées à capitaliser sur ces tendances porteuses pour renforcer la dynamique du groupe dans les trimestres à venir ».

Un premier trimestre tiré par le rebond de la division Verres et matériel optique

La croissance du chiffre d’affaires de 2,4 % en base homogène est tirée par le rebond de la division « Verres et matériel optique ». Malgré les effets de la perte d’un grand contrat en Europe courant 2013 et des conditions climatiques défavorables en Amérique du Nord, la division affiche une croissance de 3 % en base homogène, la meilleure performance depuis le quatrième trimestre 2012. Ce résultat s’appuie sur un certain nombre de dynamiques porteuses :

  • Succès des nouveaux produits, dont le verre Crizal® Prevencia(TM), le nouveau verre photochromique Transitions® Signature(TM) ainsi que de la gamme des verres polarisants Xperio® ;
  • Forte dynamique des pays à forte croissance (Brésil, Chine et Inde notamment) et reprise de l’activité export de ces pays ;
  • Rebond de l’activité dans la plupart des pays développés et notamment aux Etats-Unis ;
  • Très bonne performance de l’offre de verres progressifs, notamment les produits réalisés en surfaçage numérique.

Les autres divisions du groupe ont souffert d’impacts ponctuels anticipés : faiblesse du carnet de commande de la division Equipements en début d’année et effets de stocks défavorables pour la division Readers.

L’effet périmètre s’élève à 6 %. Il bénéficie notamment de l’importante contribution de Costa Inc. aux Etats-Unis et de Xiamen Yarui en Chine, deux distributeurs de lunettes de soleil, leaders sur leur segment de marché. Parmi les autres contributions notables à l’effet périmètre du premier trimestre figurent celles de Polycore, producteur de verres solaires et de Riverside, un important laboratoire de prescription basé au Canada.

Enfin, l’effet de change reste négatif à – 4,8 % du fait de la dépréciation de l’ensemble des monnaies de facturation du groupe contre l’euro, à l’exception de la livre sterling. Les impacts les plus sensibles concernent le dollar américain et le real brésilien.

Activité par région et division

En Amérique du Nord, la croissance en base homogène affiche un net rebond (+ 2,7 %). Aux Etats-Unis, l’activité profite d’une demande croissante pour les verres progressifs du groupe réalisés en surfaçage numérique, de l’impact positif des réseaux de tiers-payant sur l’activité laboratoires et du succès des nouveaux produits. Ainsi, les verres anti-reflet Crizal® retrouvent un niveau de croissance soutenu, le verre progressif Varilux® S series(TM) accélère son développement et Transitions® Signature(TM), le nouveau verre photochromique lancé en début d’année, connaît des débuts très prometteurs. En outre, le segment des verres polarisants est lui aussi très dynamique, tiré par la forte croissance de la gamme Xperio®. L’activité avec les grands comptes est bien orientée.

Enfin, la bonne dynamique de l’activité des laboratoires permet également au Canada de renouer avec une croissance tonique.

L’Europe (- 1,0 % en base homogène) est impactée par la perte d’un contrat commercial en 2013. La région profite du succès des nouveaux verres progressifs de milieu de gamme Varilux® E series(TM) et Intuitiv(TM)et du verre haut de gamme Varilux® S series(TM). L’activité est tirée par un fort rebond en Espagne où le groupe a gagné un important contrat avec la première chaine d’optique domestique et a bénéficié du succès d’un programme promotionnel. Au Royaume-Uni, la croissance s’appuie sur une dynamique favorable, tant avec les grands comptes qu’avec les opticiens indépendants. La croissance en Suisse et dans les pays de l’Est, qui s’appuie sur la gamme de verres Varilux®, compense une situation difficile au Portugal et aux Pays-Bas. En France, où la demande est pénalisée par l’évolution du contexte réglementaire, les innovations continuent de recevoir un très bon accueil chez les opticiens indépendants, à l’instar du verre Crizal® Prevencia(TM).

L’Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique (+ 9,1 % en base homogène, dont + 5,0 % dans les pays développés et + 10,6 % dans les pays à forte croissance) profite de la poursuite des bonnes performances domestiques des principaux pays à forte croissance de la zone, à laquelle s’ajoute une reprise de l’export et un rebond des pays développés. En Chine, le succès des nouveaux produits se confirme avec la montée en puissance des verres anti-fatigue et des verres anti-reflet Crizal® UV. Ceci se traduit par des gains de parts de marché chez les clients existants et par la conquête de nouveaux clients. En Inde, la notoriété des marques Varilux® et Crizal® continue à tirer l’activité. La Russie progresse fortement tandis que l’Afrique du Sud se redresse. Dans les pays développés de la région, le Japon poursuit sa nette progression grâce à la normalisation de l’environnement concurrentiel, à la solidité des relations clients et au succès des nouveaux produits. En Australie, l’activité bénéficie d’une bonne croissance chez les optométristes indépendants, groupements et chaines.

L’ensemble des pays d’Amérique latine est en forte croissance (+ 8,9 % en base homogène), à l’exception de l’Argentine où le marché continue de souffrir d’un contexte économique très perturbé. Au Brésil, la croissance continue d’être alimentée par les marques phares du groupe, notamment Varilux®, mais également par les autres catégories de produits. Le groupe a notamment positionné la marque Kodak® comme offre de référence dans le milieu de gamme, permettant de raffiner sa stratégie multi-réseaux. Au Mexique, dans un contexte économique peu porteur, Essilor continue de gagner des parts de marché. Le groupe commence à y bénéficier de la mise en place d’un contrat à long terme avec une importante organisation non gouvernementale spécialisée dans l’accès aux services de santé pour les plus modestes. En Colombie, Essilor a développé avec succès de nouvelles campagnes promotionnelles pour renforcer les marques Varilux® et Transitions®, et lancé les verres de marque Nikon®. Enfin, le Chili réalise une très forte croissance.

La division Equipements (- 4,4 % en base homogène) affiche un recul de ses facturations en raison d’un fort niveau de livraison de commandes au dernier trimestre de 2013, notamment en Amérique latine. Au-delà de cet effet mécanique, Satisloh a connu une croissance soutenue dans les pays développés, tirée par les ventes de machines de dépôt sous vide et par le succès de sa nouvelle offre en matière de taillage-montage. Au cours du premier trimestre, Satisloh a également introduit une nouvelle machine d’auto-blocage du verre proposant une technologie éco-responsable. Baptisée ART « Alloy Replacement Technology », cette machine utilise exclusivement des composants organiques recyclables et a reçu de fortes marques d’intérêt au salon de l’optique Vision Expo de New York fin mars.

La division Readers (- 1,8 % en base homogène) a subi quelques effets défavorables au premier trimestre dont le déstockage de la part de l’un de ses gros clients pour la partie lunettes loupe, néanmoins en progression, et un effet de réassort négatif ponctuel dans les ventes de lunettes de soleil. En revanche, les ventes des produits de FGX aux consommateurs ont été très dynamiques et soutenues par le lancement de nouveaux produits et des campagnes de publicité. L’activité à l’international a continué à bien progresser, notamment dans les pays d’Europe où FGX International est implantée.

Événements importants survenus depuis le 1er janvier 2014 et autres opérations

Transitions Optical Inc.

Le 1er avril 2014, Essilor a annoncé la finalisation effective de l’acquisition des 51 % du capital détenus par PPG dans Transitions Optical, leader mondial de la fourniture de verres photochromiques pour les producteurs de l’industrie optique, et de 100 % du capital d’Intercast, fabricant de verres solaires de haute qualité. Fondée en 1990, Transitions Optical est basée à Pinellas Park en Floride (Etats-Unis). Son chiffre d’affaires s’est élevé à 844 millions de dollars en 2013, dont 279 millions de dollars avec des producteurs de verres autres qu’Essilor. Transitions Optical et Intercast sont intégrées globalement dans le périmètre de consolidation d’Essilor depuis le 1er avril 2014. Selon les estimations du groupe, l’intégration de Transitions Optical aura un impact positif sur les indicateurs financiers d’Essilor, avec notamment une augmentation du taux de marge de contribution du groupe de l’ordre de 150 points de base à partir de la deuxième année d’intégration, un effet positif sur le bénéfice par action dès 2014 et d’au moins 5 % par an les années suivantes et un impact positif d’environ 0,5 point sur la croissance organique du groupe à partir de la troisième année d’intégration.

Costa Inc.

Au cours du premier trimestre, Essilor a finalisé l’acquisition de la totalité du capital de Costa Inc., l’un des leaders américains des lunettes de soleil à haute performance.

Basée à Lincoln dans le Rhode Island (États-Unis), Costa Inc. conçoit, assemble et distribue des lunettes de soleil sous les marques Costa, la marque de lunettes de soleil à haute performance la plus dynamique aux États-Unis, et Native. La société a généré un chiffre d’affaires de près de 100 millions de dollars en 2013. Costa Inc. est intégrée dans le périmètre de consolidation d’Essilor depuis le 1er février 2014 au sein de la division « Readers ».

Coastal.com

Le 28 avril, Essilor International a finalisé l’acquisition de la totalité du capital de Coastal.com, l’un des principaux acteurs mondiaux de la vente d’optique par Internet (voir communiqué publié le 28 avril).

Basée à Vancouver, Colombie Britannique (Canada), Coastal.com conçoit et distribue l’une des plus larges sélections d’équipements optiques disponibles sur Internet : lentilles de contact, lunettes de vue avec ou sans prescription, lunettes de soleil et accessoires. La société a généré un chiffre d’affaires de 218 millions de dollars canadiens au cours de son dernier exercice fiscal clos le 31 octobre 2013. Coastal.com sera intégrée dans le périmètre de consolidation d’Essilor à compter du 1er mai 2014.

Autres partenariats

Le groupe a renforcé son ancrage local aux Etats-Unis en prenant une participation majoritaire dans deux laboratoires de prescription depuis le début de l’année :

  • Plunkett Optical, un laboratoire de prescription basé dans l’Arkansas et réalisant un chiffre d’affaires de 3,3 millions de dollars américains.
  • iCoat, un laboratoire de prescription indépendant basé dans l’Etat de Californie spécialisé dans le développement et la vente sous licence de technologies de dépôt de couches minces et de finition pour des équipements optiques haut de gamme. iCoat réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 26 millions de dollars, notamment auprès des chaines d’optique et des sociétés de couverture de soins visuels en Amérique du Nord.

Ouverture d’un nouveau Centre Innovation et Technologies en France

Essilor a ouvert à Créteil son Centre Innovation et Technologies (CI&T) pour l’Europe, le plus grand campus mondial privé dédié à la recherche et à l’innovation dans l’industrie de l’optique ophtalmique (900 personnes).

L’ensemble des équipes et des expertises de recherche et d’ingénierie est ainsi regroupé sur un même site afin de favoriser les échanges et d’optimiser la qualité, les performances, le temps de développement ainsi que la mise sur le marché des nouveaux produits et des nouvelles technologies.

Ce nouveau campus qui représente un investissement de 35 millions d’euros, vient compléter le dispositif mondial d’Essilor qui dispose de deux autres CI&T situés aux Etats-Unis (Dallas) et en Asie (Singapour).

Ouverture d’une nouvelle usine au Laos

Afin de faire face aux besoins liés à la croissance du marché et dans un souci constant d’optimiser sa capacité industrielle, Essilor a ouvert une nouvelle usine de production près de Savannakhet, au Laos. Cette usine dédiée à la production de verres finis en polycarbonate, pour lesquels la croissance de la demande est estimée à 4 à 5 % par an, pourra produire 20 millions de verres par an à pleine capacité. Elle permettra ainsi à Essilor de fournir à ses grands clients des produits en polycarbonate compétitifs pour le milieu de gamme, notamment dans les marchés à forte croissance.

Trésorerie et Financements

Le paiement des 51 % de titres de Transitions Optical ainsi que les effets de saisonnalité habituels ont porté la dette à 1 878 millions d’euros au 31 mars 2014, contre 369 millions à fin 2013.

Afin d’élargir son accès aux marchés de capitaux, Essilor a rendu publics ses ratings à court terme (A1/P1 perspectives stables chez Standard & Poor’s et Moody’s) et long terme (A2 perspective stable chez Moody’s).

Essilor a tout d’abord lancé un programme de papier commercial américain (USCP) de 1,5 milliard de dollars en mars 2014 ; l’encours des émissions atteignait environ 800 millions de dollars au 31 mars.

Le groupe a par ailleurs procédé début avril à une émission obligataire de 800 millions d’euros en deux tranches : une tranche de 500 millions d’euros à 7 ans (coupon de 1,750 %) et une tranche de 300 millions d’euros à 10 ans (coupon de 2,375 %). Il s’agit du coupon le plus bas obtenu par un émetteur non financier dans le cadre d’une émission inaugurale à 7 ans et du coupon à 10 ans le plus bas de l’année pour un émetteur non financier en 2014.

Ceci illustre la confiance des investisseurs dans le modèle économique d’Essilor et la qualité de son profil de crédit. Ces deux nouvelles sources de financement permettent au groupe de se financer à des conditions compétitives tout diversifiant sa base d’investisseurs.

Perspectives

Essilor confirme pour 2014 un objectif de croissance de son chiffre d’affaires compris entre 10 et 12 % hors effets de change et un objectif de marge de contribution compris entre 18,2 % et 18,6 % (en fonction des ajustements IFRS finaux relatifs à Transitions Optical). Ces chiffres s’entendent avant intégration de Coastal.com.

Une conférence téléphonique en anglais aura lieu ce jour à 10 heures (CEST).

Le numéro à composer est : +33(0)1 70 99 42 71 ou +44(0)20 3427 1908 (code d’accès : 3721179)

Elle sera retransmise en différé sur le lien : http://hosting.3sens.com/Essilor/20140429-43C7FA9A/en/

Prochains rendez-vous

L’Assemblée Générale des actionnaires se tiendra à Paris le 7 mai 2014.

Les résultats semestriels 2014 seront publiés le 28 août 2014.

A propos d’Essilor

Essilor est le numéro un mondial de l’optique ophtalmique. De la conception à la fabrication, le groupe élabore de larges gammes de verres pour corriger et protéger la vue. Sa mission est d’améliorer la vision pour améliorer la vie. Ainsi le groupe consacre plus de 150 millions d’euros par an à la recherche et à l’innovation pour proposer des produits toujours plus performants. Les marques phares sont Varilux®, Crizal®, Transitions®, Definity®, Xperio®, Optifog(TM), Foster Grant®,Bolon® et Costa®. Essilor développe et commercialise également des équipements, des instruments et des services destinés aux professionnels de l’optique.

Essilor a réalisé un chiffre d’affaires net consolidé de plus de 5 milliards d’euros en 2013 et emploie plus de 55 000 collaborateurs. Le groupe, qui distribue ses produits dans plus d’une centaine de pays, dispose de 28 usines, plus de 450 laboratoires de prescription et centres de taillage-montage ainsi que plusieurs centres de recherche et développement dans le monde.

Pour plus d’informations, visitez le site www.essilor.com.

L’action Essilor est cotée sur le marché Euronext à Paris et fait partie des indices Euro Stoxx 50 et CAC 40.

Codes : ISIN : FR0000121667 ; Reuters : ESSI.PA ; Bloomberg : EI:FP.

Annexe

Chiffre d’affaires consolidé d’Essilor International (en millions d’euros)

2014 2013
Premier trimestre
Verres et matériel optique 1 160 1 149
  • Amérique du Nord
467 463
  • Europe
400 402
  • Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique
211 205
  • Amérique latine
82 79
Équipements 39 42
Readers 124 85
TOTAL premier trimestre 1 323 1 276
Deuxième trimestre
Verres et matériel optique 1 148
  • Amérique du Nord
452
  • Europe
400
  • Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique
203
  • Amérique latine
93
Équipements 50
Readers 102
TOTAL deuxième trimestre 1 300
Troisième trimestre
Verres et matériel optique 1 114
  • Amérique du Nord
439
  • Europe
376
  • Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique
208
  • Amérique latine
91
Équipements 52
Readers 71
TOTAL troisième trimestre 1 237
Quatrième trimestre
Verres et matériel optique 1 095
  • Amérique du Nord
416
  • Europe
394
  • Asie/Océanie/Moyen-Orient/Afrique
197
  • Amérique latine
88
Équipements 60
Readers 97
TOTAL quatrième trimestre 1 252

source : daily-bourse.fr

La démonstration est spectaculaire. La buée déposée sur la partie d'un verre qui a été traitée disparaît presque aussitôt ; sur l'autre partie, elle s'estompe beaucoup plus lentement… « C'est l'aboutissement de dix ans de travail », souligne Eric Perrier, directeur de la recherche et du développement d'Essilor, le numéro un mondial des verres correcteurs.

La démonstration est spectaculaire. La buée déposée sur la partie d’un verre qui a été traitée disparaît presque aussitôt ; sur l’autre partie, elle s’estompe beaucoup plus lentement… « C’est l’aboutissement de dix ans de travail », souligne Eric Perrier, directeur de la recherche et du développement d’Essilor, le numéro un mondial des verres correcteurs.

Jeudi 24 avril, le nouveau centre de recherche ophtalmique du groupe français devait être inauguré officiellement, à Créteil. Avec ses 400 chercheurs, c’est le plus grand au monde.

PROCÉDÉS SOPHISTIQUÉS

Dans un autre laboratoire du site, un traitement antireflet est testé dans une enceinte spéciale appelée « cloche sous vide ». Des nano-particules sont déposées sur les deux faces du verre. Elles vont former l’une des trente à quarante couches ultra-fines qui finiront par le composer.

Essilor met au point des procédés très sophistiqués. Sa dernière découverte ? Le filtrage de la lumière bleue à l’origine de la cataracte et de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Nano-technologies, microscopes à balayage électronique, le bâtiment cristolien de plus de 10 000 mètres carrés est un portail vers l’infiniment petit. Les laboratoires et les bureaux paysagers sont répartis sur quatre niveaux. Avec son « café scientifique », sa terrasse et sa structure vaste et lumineuse, le centre se donne des airs de start-up.

« CAMPUS »

Particularité de ce site, les équipes d’ingénierie, des opérations et du « business », chargées d’adapter aux besoins des particuliers les découvertes pour les commercialiser sont très près des chercheurs. « Cela permettra d’accélérer la mise sur le marché de nouveaux produits », explique M. Perrier en décrivant ce « campus » qui rassemble au total 900 personnes.

En parallèle, Essilor a ouvert, en octobre 2012, un centre aux Etats-Unis, à Dallas (Texas), portant à trois ses sites de recherche dans le monde. Le groupe a aussi des équipes à Singapour depuis le début des années 2000.

Il s’agit d’appréhender les problématiques locales liées à la vue, tout en participant aux grands programmes de recherche du groupe. Si Singapour se spécialise dans la myopie, Dallas est plus orienté sur la polarisation (pour enlever les reflets) et le photochromique (pour teinter les verres).

« CONVICTION DANS LE POTENTIEL D’INNOVATION »

Au total, Essilor emploie 500 chercheurs dans le monde, pour un budget de plus de 160 millions d’euros en 2013. « Cela représente plus de la moitié de celui de l’ensemble des sociétés du secteur, ce qui illustre notre conviction dans le potentiel d’innovation », pointe Paul du Saillant, directeur général adjoint d’Essilor.

Pour la troisième année consécutive, Essilor fait partie du palmarès des « cent sociétés les plus innovantes du monde » établi par le magazine américain Forbes, se classant, en 2013, en vingt-troisième position.

« Aujourd’hui, 40 % du chiffre d’affaires est réalisé avec des produits lancés il y a moins de quatre ans », dit M. du Saillant. « C’est très important, ajoute-t-il, quand on sait que chaque soir, un million de paires de verres partent de nos centres de production et de nos laboratoires vers des dizaines de milliers d’opticiens dans le monde. »

source : lemonde.fr

784px-Essilor_logo.svg

International poursuit sa stratégie de partenariats locaux en signant six nouvelles opérations aux Etats-Unis, au Canada et au Brésil, lesquelles représentent un chiffre d’affaires annuel combiné d’environ 38 millions d’euros. Aux Etats-Unis, le groupe a conclu 3 nouveaux partenariats opérations. Essilor a pris une participation majoritaire dans R.D. Cherry et Plunkett Optical, deux laboratoires de prescription basés dans les Etats du Michigan et de l’Arkansas réalisant un chiffre d’affaires respectif de 9,8 et 3,3 millions de dollars.

Essilor a également acquis la majorité du capital de Frame Displays, une société qui conçoit, fabrique et distribue du mobilier et des accessoires d’aide à la vente pour les magasins d’optique (chiffre d’affaires : 4,5 millions de dollars)

Au Canada, Essilor a renforcé son réseau de distribution en signant un partenariat avec Riverside Optical, un ensemble de laboratoires de prescription opérant dans les provinces du Québec et de l’Ontario (chiffre d’affaires : 26 millions de dollars canadiens). Le groupe a également noué un partenariat avec Benson Edwards Optical Lab et CPS 360 Optical Lab, deux laboratoires de prescription basés dans la province de l’Ontario (chiffre d’affaires : près de 3 millions de dollars canadiens).

Enfin, au Brésil, Essilor a renforcé son maillage géographique en signant un partenariat avec Comprol (chiffre d’affaires : 5,4 millions d’euros). Ce laboratoire de prescription constitue la première implantation du groupe dans le District Federal (Brasilia), un État de 2,5 millions d’habitants disposant du revenu moyen le plus élevé du pays.

« La stratégie de partenariats aura été particulièrement active en 2013 avec 27 nouvelles opérations, qui permettent au groupe Essilor de resserrer ses liens avec les opticiens partout dans le monde et de déployer sa mission d’amélioration de la vue. A l’avenir, dans un marché de l’optique qui reste très fragmenté, Essilor va continuer à développer ce modèle de déploiement régional unique et créateur de valeur pour ses actionnaires », a commenté Hubert Sagnières, PDG d’Essilor.

AOF – EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

– Leader mondial des verres ophtalmiques avec 40 % du marché, soit 1 milliard de Terriens équipés avec des verres du groupe (marques Varilux, Crizal, Nikon) ;
– Bonne répartition géographique entre l’Europe (33 %), l’Amérique du Nord (39 %), l’Amérique latine (8 %) et le reste du monde ;
– Marché très porteur : vieillissement de la population dans les pays développés et croissance des classes moyennes dans les pays émergents ;
– Leadership acquis principalement grâce à un rythme soutenu d’innovations (50 % du CA réalisé avec des produits de moins de 3 ans) et d’acquisitions qui relègue les concurrents au rang de « suiveurs » ;
– Adoption très forte de chaque lancement par les opticiens ;
– Deux nouveaux piliers stratégiques : conquête du milieu de gamme et pénétration du marché des lunettes pré-montées ou « readers » (déjà 7 % des ventes 2012, derrière les équipements -4 %- et l’optique -89 %) ;
– Développement dans les émergents par « maillage » au travers de partenariats et d’acquisition, avec un objectif de 25 % de chiffre d’affaires pour 2015 ;
– Après le renforcement dans les verres solaires (acquisition de 50 % du singapourien Polycore puis de l’américain Costa), rachat en 2014, pour 1,73 MdUSD, de l’intégralité de Transitions Optical, co-entreprise américaine avec PPG, qui sera très relutif sur le bénéfice ;
– Structure financière extrêmement solide avec un cash-flow supérieur à 10 % du chiffre d’affaires.

Les points faibles de la valeur

– Valeur toujours à ses plus hauts historiques d’où un faible rendement (inférieur à 2%) et une rareté des points d’entrée ;
– Très forte exigence des investisseurs sur les perspectives de croissance, notamment après le « cru » 2012 et sa hausse de 19 % des ventes, d’où la sanction opérée en octobre après l’annonce d’une faible hausse des ventes au 30 septembre 1993 ;
– Concurrence de la chirurgie ophtalmologique et des lentilles de contact.

Comment suivre la valeur

– Valeur de croissance défensive (achat de lunettes pouvant être reporté mais pas annulé) apparentée au marché de la santé ;
– Soumission aux effets de change : part importante du chiffre d’affaires en dollar ;
– Attente d’une acquisition majeure dans le marché des lentilles de contact ;
– Réalisation de l’objectif d’une hausse du chiffre d’affaires autour de 6 % en 2013 et d’ne marge comprise entre 17,9 % et 18,3 % :
– Groupe théoriquement opéable mais très valorisé en Bourse et hostilité à attendre du personnel, premier actionnaire avec 8,3 % du capital et 14,3 % des droits de vote.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Biens de consommation

Les géants de la grande consommation misent sur l’innovation et les produits haut de gamme pour améliorer leurs performances en dépit de la crise. Procter & Gamble (marques Pampers, Gillette, Ariel, Duracell…) a lancé un nouveau produit en France sur le créneau des lessives unidoses, un an après le lancement aux Etats-Unis. Son concurrent Henkel va, lui aussi, lancer une nouvelle génération de dosettes. Procter & Gamble a récemment développé des innovations dans le haut de gamme, en particulier avec ses couches Pampers Active Fit et son nouveau dentifrice Oral-B Pro-Expert.

DERNIERE RECOMMANDATION SUR LA VALEUR

UBS a abaissé son objectif de cours de 92 à 90 euros sur Essilor tout en maintenant sa recommandation Achat. Le broker rappelle que le spécialiste des verres correcteurs a publié sans prévenir des ventes jugées décevantes au titre de son quatrième trimestre. Elles sont ressorties 2,6% en dessous des attentes d’UBS et de 4 à 5% en dessous du consensus, en raison d’une croissance organiques plus faible qu’attendu et d’un effet négatif de change plus marqué que prévu. UBS attend désormais une marge opérationnelle dans le bas de la fourchette annoncée pour le deuxième semestre 2013, à 17,9%.

CONSENSUS DES PROFESSIONNELS

D’après le consensus de marché calculé à la date du 29/01/2014, les analystes conseillent d’acheter le titre ESSILOR INTERNATIONAL. En effet, sur un total de 8 bureaux d’études ayant fourni des estimations, 6 sont à l’achat et 2 sont neutres. L’indice de recommandation AOF, reflétant l’avis moyen des analystes et s’étendant de -100% à +100%, est de 75%. Enfin, l’objectif de cours moyen est de 92,63 EUR. Le consensus précédent conseillait d’acheter la valeur .

2014 AOF – Tous droits de reproduction réservés par AOF.
source : capital.fr

Précédemment directeur marketing d’Essilor France, Sébastien Picot devient directeur commercial verres de la société.

Sébastien Picot est promu directeur commercial verres France d’Essilor.

Diplômé de l’Essec en 2004, il est également titulaire du DECF (2004) et d’un master en ingénierie financière de l’université Paris-I (2005). Il a commencé sa carrière en 2005 dans le conseil chez OC&C Strategy Consultants, avant d’intégrer Essilor en 2010. Tout d’abord en poste au sein de la direction Europe, il devient en 2011 directeur du réseau opticiens Europe, avant d’être nommé directeur marketing d’Essilor France en 2013.

source : actionco.fr

%d blogueurs aiment cette page :