Des lunettes en or fabriquées par Ghislain Duroy

By
avril 5th, 2013

Category: Lunettes

al02_2135257_3.jpg98

Seul lunetier français à fabriquer manuellement des lunettes avec des métaux précieux, Ghislain Duroy participe aux journées européennes des métiers d’art. Les 5, 6 et 7 avril, il sera à Longny-au-Perche, dans l’Orne.

Opticien, artisan lunetier, classé meilleur ouvrier de France en 2008, malgré une profession qui se raréfie et gagnée par la concurrence industrielle asiatique, Ghislain suit son bonhomme de chemin : « Je préfère continuer mes créations artisanales localement plutôt que monter une entreprise. Le « made in France » revient ! Après l’ouverture de ma boutique en 1998, même si la lunetterie manuelle exige peu d’outils en investissement, j’ai galéré pendant 10 mois. »

Il s’attaque alors à des formations diverses en optométrie, contactologie (lentilles) et dépistage en santé oculaire. Aujourd’hui, on pousse sa porte pour des créations plus techniques. Une cliente lui a commandé des lunettes avec une boucle de ceinture en relief sur les branches. Un client marin souhaite une monture en forme d’ancre… sur mesure ! Il faut entre 20 et 50 heures pour fabriquer une monture, ce qui explique son prix : de 1 200 à 3 000 et 4 000 €!

Écaille de tortue et défense de mammouth

« Nous sommes trois en France à travailler l’écaille, dix pour la corne, et je suis le seul à fabriquer manuellement des lunettes en métaux précieux. Le prix d’une paire de lunettes en écaille peut atteindre 15 000 €. » De ce fait, les commandes sont rares et les fournisseurs en écaille ont du mal à la vendre car c’est un produit rare et hypercontrôlé. Il travaille également la nacre, la corne, le corozo (ivoire végétal), l’écaille de tortue, l’argent, le tissu, l’acétate de cellulose, le bois, plastique, saphir jaune, etc. « Et même les défenses de mammouth ! Ce qui est plus facile à trouver que l’écaille de tortue. En effet, il n’est pas protégé puisque la race est éteinte. » Ghislain vient de découvrir un certain plaisir à travailler le plastique « mais mon dada, dit-il, c’est la fabrication des lunettes en métaux, surtout précieux. Là, je m’éclate ! »

Pour les commandes sur mesure, Ghislain commence par recevoir le client : « Je fais le tri et propose un dessin final sur informatique. Il faut ensuite apprêter la matière (forme, épaisseur, matériaux). Je découpe avec une scie manuelle. Je lime, ajuste sur les narines Il faut tenir compte des pommettes. Après, c’est mon oeil qui fait le reste ! Puis je pose les branches car ce sont elles qui font tenir les lunettes sur le nez ! » Globalement, le lunetier de la place du Palais ne se fixe aucune limite : il ose tout !

source : entreprises.ouest-france.fr


You must be logged in to post a comment.

%d blogueurs aiment cette page :