Didier Papaz (Optic 2000) veut appartenir à «l’économie solidaire »

By
mai 31st, 2013

Category: Business

000027831_5

Invité à s’exprimer lors d’une table ronde sur l’Economie sociale et solidaire qui doit faire l’objet d’un projet de loi présenté par Benoît Hamon, le PDG d’Optic 2000 a peiné à faire admettre devant les participants que son enseigne et le commerce associé soient de la famille…

Didier Papaz est courageux. Le patron du réseau d’opticiens indépendants et associés Optic 2000 est venu défendre l’idée devant des « acteurs de l’économie sociale » que le commerce associé dont son enseigne est membre fait bien partie de l’économie sociale et solidaire, cette ESS aux contours mal déterminés qui va de l’aide à domicile en passant par des banques et les mutuelles et des micro-entreprises aux puissantes coopératives.

Nos ennemis les fonds de pension

«Les coopératives de commerçants représentent 29 % de parts de marché de la distribution, ce sont 30000 chefs d’entreprises appartenant à l’économie sociale et solidaire, particulièrement impliquées dans le tissu local, a-t-il défendu. Et 30 % des reprises de magasins sont effectués par des salariés, l’ascenseur social fonctionne, nous avons créé des écoles de formation, des sociétés de capital- risque, avec pour mission de soutenir l’emploi en France. D’ailleurs, nos ennemis sont les fonds de pension, dont les profits ne sont pas localisés en France ». Il soutient le projet de loi qui vise notamment à décerner un «label économie sociale et solidaire » aux entreprises qui feraient partie de cette famille vertueuse…

Torchon mouillé

Las, pour l’assistance et le président de séance, Philippe Frémeaux, prof d’économie et ancien rédacteur en chef du journal de gauche Alternatives économiques, le discours n’est pas convaincant. «Leclerc aussi est une coopérative, c’est souvent le deuxième employeur après l’hôpital, mais a-t-il vraiment une attitude solidaire avec les fournisseurs ? », s’interroge-t-il  faussement en joignant les poings comme pour essorer un torchon mouillé. Et Didier Papaz a beau vanter la distribution de lunettes gratuites au Burkina Faso, le soutien de Yann Arthus Bertrand qui participe à la nouvelle pub d’Optic 2000, ou encore son action de commerçant « dans la cité » et pas seulement dans la cécité, la vision de l’opticien ne paraît pas partagée et sa cooptation au sein du mouvement solidaire va nécessiter encore de la conviction…

Trader solidaire

D’ailleurs, entre acteurs de l’économie solidaire, la solidarité n’est pas toujours si évidente. Christine Dupuis, présidente de la Commission de l’Economie sociale et solidaire au Conseil économique, social et environnemental, syndicaliste et auteur d’un rapport sur le sujet, estimait que les employeurs de l’économie solidaires étaient parfois de bien mauvais payeurs pour les salariés. Et Alain Cordesse, qui représentait le patronat de l’économie solidaire, s’amusait que le « trader d’une banque coopérative, selon ce rapport, pût faire partie de l’économie solidaire ».  On peut s’attendre à un joli match au Parlement sur les contours de l’ESS. Mais il y a au bout le fameux label, auquel s’ajoutent 500 millions d’euros fléchés par le gouvernement pour cette économie vertueuse….

source : lsa-conso.fr


You must be logged in to post a comment.

%d blogueurs aiment cette page :