Essilor s’offre un géant de l’e-commerce

By
mars 4th, 2014

Category: Business

LUNETTES (ILLUSTRATION)

Le leader mondial des verres ophtalmiques acquiert le spécialiste canadien de l’optique en ligne Coastal Contacts et devient le leader de l’optique en ligne.

La fièvre des acquisitions ne lâche pas Essilor. Le leader mondial des verres ophtalmiques a signé jeudi matin, à Vancouver, un accord portant sur le rachat du groupe canadien de vente de lunettes et de lentilles en ligne Coastal Contacts. Essilor versera 282 millions d’euros pour ce site qui affiche un chiffre d’affaires de 218 millions de dollars canadiens (143 millions d’euros) et qui compte 5 millions de clients, en Amérique du Nord et en Europe du Nord.

«Nous avions déjà acquis FramesDirect en 2007, MyOnlineOptical et EyeBuyDirect il y a deux ans», explique le PDG, Hubert Sagnières. Avec Coastal.com, Essilor se renforce sur le milieu de gamme de la vente de verres en ligne et il multiplie son chiffre d’affaires en ligne (40 millions d’euros en 2013) par plus de quatre. Au passage, le groupe tricolore devient le numéro un mondial des verres optiques sur Internet, un marché de 3 milliards d’euros, en hausse de plus de 10 % par an.

Internet permet aussi à Essilor de mieux connaître les attentes des consommateurs. Sur les sites américains qu’il crée avec MyOnlineOptical pour les optométristes (qui prescrivent et vendent les lunettes outre-Atlantique), le groupe gère tout, y compris les échanges sous forme de chats avec les clients. Autre avantage notable pour Essilor, en se renforçant sur le Net avec Coastal.com, il devient un acteur en direct de la distribution des verres optiques.

Mais s’il entend développer Coastal dans de nombreux pays, Essilor ne redoute pas la concurrence avec les réseaux traditionnels d’opticiens, pas plus en France – où les sites en ligne bataillent pour s’imposer – qu’ailleurs. Varilux est, de loin, le produit phare d’Essilor dans l’Hexagone. Or il s’agit de verres progressifs, qui ne se prêtent pas à la vente en ligne, relativise ainsi Hubert Sagnières.

Verres solaires

Internet ne représente aujourd’hui que 4 % du marché mondial de l’optique. Et «nos autres champs de développement sont vastes», affirme son PDG. Dans les verres solaires, Essilor vise un chiffre d’affaires de 1,1 milliard d’euros en 2018, contre 500 millions l’an dernier. Et le groupe français s’attend à une très forte croissance de ses ventes dans les pays émergents, qui ont représenté 21 % de son activité l’an dernier.

En 2013, son chiffre d’affaires global a atteint 5,1 milliards d’euros, en hausse de 1,5 %, et son bénéfice net, 593 millions d’euros (+ 1,6 %). Essilor a réalisé 28 acquisitions, dont la plus grosse de son histoire avec le rachat, pour 1,8 milliard de dollars, de Transitions Optical, leader mondial de la fourniture de verres photochromiques.

source : .lefigaro.fr


You must be logged in to post a comment.

%d blogueurs aiment cette page :