Harmonie Mutuelle : un géant de l’assurance santé est né

By
août 31st, 2012

Category: Business, santé

Résultat de la fusion de cinq grandes mutuelles santé, Harmonie Mutuelle, couvre 4,5 millions de bénéficiaires et représente 2,3 milliards de cotisations.

Harmonie Mutuelle devient le numéro 1 du secteur. Avec 2,3 milliards de cotisations d’assurance en complémentaire santé, elle se revendique non seulement comme première mutuelle française mais aussi  premier organisme en assurance santé directe (hors activités de réassurance) devant Groupama, Axa, MGEN et Malakoff Médéric. Elle engrange 7,5% de l’ensemble des cotisations santé du marché français et couvre 4,5 millions de bénéficiaires.

« Dans certains départements historiques d’implantation, nous dépassons 30% de parts de marché », reconnaît François Venturini, directeur général d’Harmonie Mutuelle.

La nouvelle marque Harmonie Mutuelle a cependant besoin de se faire connaître au plan national. Elle sera sur tous les écrans à partir du 5 septembre, y compris d’ordinateur avec son nouveau portail internet. Et son nouveau logo habillera dès la semaine prochaine 80% de ses 300 agences.

Deux nouvelles fusions déjà prévues pour 2013

La création d’Harmonie Mutuelle repose sur la fusion de cinq mutuelles interprofessionnelles Prévadiès, Harmonie mutualité, Mutuelle existence, Santévie, Sphéria Val de France qui ont toutes validées l’opération par un vote de leur Assemblée générale en juin. Il reste encore à obtenir l’agrément de l’Autorité de contrôle Prudentiel (ACP) attendue en décembre pour que la fusion soit juridiquement valide. Elle sera rétroactive au 1er janvier 2012.

Mais Harmonie Mutuelle ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Deux nouvelles fusions de mutuelles de plus petite taille devraient avoir lieu en 2013. Les heureuses élues font déjà partie de « l’union de premier niveau » qui gravite autour de la mutuelle. Car Harmonie n’est pas seulement une mutuelle géante. Elle veut constituer un groupe par l’intermédiaire d’une « union mutualiste de groupe » (UMG) dont la création est prévue en 2013. Cette structure permettra de travailler avec d’autres mutuelles de grande taille sans fusionner, a expliqué le directeur général même s’il estime qu’en  l’état actuel, Harmonie a d’ores et déjà la taille critique pour son développement. Avec une marge de solvabilité équivalente à 3,8 fois l’exigence réglementaire, la nouvelle mutuelle est par ailleurs  « en parfaite santé financière ».

Un pôle « fonction publique » sera créé au sein de l’UMG pour accueillir les mutuelles de fonctionnaires qui se sont déjà rapprochées d’Harmonie comme SMAR et MNAM. « Nous sommes ouverts à l’entrée d’autres mutuelles de la fonction publique mais nous n’avons pas de démarche spécifique pour les recruter », précise Guy Herry, président d’Harmonie Mutuelle.

Des ambitions internationales

Sans afficher des ambitions démesurées d’expansion internationale, le nouveau numéro 1 français de la mutualité veut clairement sortir des frontières hexagonales. Harmonie veut surtout exporter le modèle mutualiste en Europe afin d’éviter que les mutuelles ne deviennent à terme, une sorte d’exception française et ne soit de ce fait pas pris en compte par les réglementations élaborées dans l’avenir par Bruxelles.

Harmonie Mutuelle a déjà un pied en Italie car elle a conclu un partenariat avec la mutuelle Cesare Pozzo en 2010 et créé une société coopérative avec elle. Celle-ci a déjà remportés deux contrats d’assurance collective. Ce même schéma pourrait être transposé dans d’autre pays. « Nous regardons la Hongie et la Pologne. Et nous sommes prêts à travailler avec d’autres mutuelles belges », indique le président d’Harmonie Mutuelle Guy Herry. Il continue de souhaiter la création du statut de mutuelle européenne qui faciliterait les accords transfrontières.

Un partenariat en dommages à moyen terme

Le métier de base d’Harmonie est, et restera, la santé mais avec 55% de ses bénéficiaires couverts en complémentaire santé par des contrats individuels, et 45% par des contrats collectifs d’entreprises, elle présente un profil diversifié peu courant dans la mutualité. Elle travaille aussi en prévoyance par l’intermédiaire de Mutex, une société d’assurance, dont elle détient 34% aux cotés 5 autres actionnaires mutualistes. Et elle a également des ambitions en épargne retraite.

A moyen terme, Harmonie pourrait élargir son offre à d’autres produits comme de l’assurance dommages. Un partenariat pourrait même être envisagé avec une mutuelle d’assurance dommages (comme la Macif, Matmut, etc).

Dépenser moins grâce au réseau de soins

Au-delà de son activité d’assurance stricto sensu en France, Harmonie Mutuelle cherche à faciliter l’accès aux soins de ses adhérents selon des critères de qualité et de tarifs « optimisés ». La mutuelle détient ainsi la société de services Kalivia, à parité avec le groupe de prévoyance Malakoff Médéric. Kalivia gère un réseau de 2 300 opticiens qui permet aux 6 millions d’assurés d’Harmonie et de Malakoff Médéric qui peuvent le fréquenter de réaliser une économie de « 40% en moyenne sur les verres et de 27% sur un équipement complet (verres + monture) », selon Harmonie. Et depuis mai 2012, Kalivia gère aussi un réseau de 1 000 audioprothésistes.

Par ailleurs, Harmonie Mutuelle  hérite de  « Hospi Grand Ouest » qui a vocation à « constituer un groupe hospitalier mutualiste » en Bretagne et Pays-de-la-Loire. Il a été créé en mars 2010 par certaines mutuelles constitutives d’Harmonie.

Mais Harmonie a aussi un second métier de services sanitaires et sociaux . L’union  « Harmonie Services Mutualistes » gère ainsi de 600 structures de services et de soins dont 7 pharmacies, 61 centres de santé dentaire, 64 établissements de petite enfance, 103 établissements et services pour personnes âgées, etc.

Des valeurs mutualistes préservées malgré le gigantisme

« Non, Harmonie Mutuelle n’est pas un organisme d’assurance comme une autre », affirme le directeur général même s’il reconnaît qu’il y a un risque de banalisation. Malgré sa taille elle reste soucieuse d’entretenir la vie mutualiste. « En moyenne, 20% de nos adhérents votent pour les élections cela fait 400 000 personnes, ce n’est pas neutre », estime Joseph Deniaud, président d’Harmonie Mutualité, l’une des mutuelles fusionnées. Avec la nouvelle génération d’adhérents, « notre enjeu est de réactiver une forme de militance qui n’est pas fondée sur une pratique historique mais sur la redécouverte d’une forme de solidarité », conclut-il.

Pour sa part le président d’Harmonie Mutuelle, Guy Herry, veut « revenir à des pratiques plus claires sur la mutualisation et la solidarité. Aujourd’hui le marché décide, il y a une banalisation, certains ont cru que le marché allait réguler la santé. Mais il ne régule déjà pas la finance alors encore moins la santé ! », s’est-il exclamé. Parmi les améliorations qu’il souhaiterait voir apportées aux contrats complémentaires santé, figure la suppression ou la modulation des tranches d’âge tarifaire afin de rétablir une forme de solidarité entre actifs et retraités.

Pour pallier aux difficultés d’un nombre croissant de personnes à financer leur complémentaire santé, il défend la création d’un « fonds de mutualisation » qui serait commun à l’ensemble du secteur de l’assurance complémentaire santé. il permettrait d’éviter aux plus fragiles de se trouver sans garantie santé après la perte d’un emploi par exemple, un divorce ou un départ à la retraite. En contrepartie, « il faudra que la taxe sur les complémentaires soit à zéro », estime-t-il. Alors qu’après trois augmentations successives, elle est passée cette année à  7% sur les contrats d’assurance santé responsables.

source : latribune.fr


You must be logged in to post a comment.

%d blogueurs aiment cette page :