Le ras-le-bol d’une opticienne antiboise face à la concurrence sur Internet

By
mai 6th, 2014

Category: coups de gueule

Chez optique Ammirati, ajuster ou remplacer la vis manquante d'une paire de lunette achetée sur Internet vous coûtera 1000 euros.

Chez optique Ammirati, ajuster ou remplacer la vis manquante d’une paire de lunette achetée sur Internet vous coûtera 1000 euros.

L’une des plus anciennes enseignes antiboises ne servira plus les clients qui ont acheté des lunettes sur un site. Elle réclame… 1000 euros pour tout travail à faire sur des montures du net

Elle est opticienne, « paie ses taxes »et se retrouve aujourd’hui confrontée à la concurrence d’Internet : Carole Ammirati ne supporte plus de devoir régler ou réparer des lunettes achetées sur la toile. L’opticienne antiboise affiche la couleur sur sa vitrine et à l’intérieur du magasin : « Attention, lunettes achetées sur internet : tout réglage, ajustage, visserie, manchon, écrous, plaquettes etc… sera facturé 1 000 euros. Nous ne garantissons pas votre lunette si elle se casse pendant l’intervention. [Les travaux sont payables] à l’avance par carte bancaire ». Le service après-vente reste toutefois offert à tous ses clients « classiques ».

Un ras-le-bol

Carole Ammirati en avait ras-le-bol : « J’avais des gens qui n’étaient pas mes clients, et qui venaient avec des lunettes achetées sur Internet pour me demander de les ajuster !. Bien évidemment, j’ai toujours accepté de dépanner des touristes qui ont un problème avec leur monture. Mais pas des gens qui préfèrent acheter des montures sur la toile ! Qu’ils ne comptent plus sur nous pour assurer gracieusement ce service ».

La colère de Carole Ammiratti pourrait faire boule de neige chez les autres professionnels antibois. « Elle a raison, estime Gilles Perrad (Krys optique).On arrive à faire du travail après-vente gratuit même avec les gens de passage. Quand on vend une paire de lunettes, il y a deux ans de service après-vente. Nos charges ont augmenté. Alors oui, sans doute va-t-on arriver à facturer symboliquement un écrou remplacé pour les personnes qui ne sont pas nos clients. »

Le paradoxe, c’est que le commerce de Carole Amiratti sert également de point de retrait pour Amazon et pour certaines live-box commandées sur la toile.« Je ne suis pas contre le web, mais c’est une question de respect. Trop de gens n’ont pas respecté les opticiens »

source : nicematin.com


You must be logged in to post a comment.

%d blogueurs aiment cette page :