Leclerc va-t-il avoir la peau des opticiens ?

By
septembre 9th, 2013

Category: Business, Opticiens

bloc logo 03

La grande distribution a laminé les stations services, elle fragilise les librairies… va-t-elle maintenant mettre à terre les opticiens. Leclerc attaque le marché de l’optique en passant par le Net. Quelles sont ses chances de réussite ?

Michel-Edouard Leclerc repart à l’attaque. L’épicier breton qui a déjà laminé les stations services et qui rêve de piquer le boulot de tous les pharmaciens de France a lancé hier l’assaut contre les opticiens. Que viennent faire les centres Leclerc sur ce marché ?

L’offensive de Leclerc pour l’instant ressemble plus à une escarmouche qu’à une attaque totale et frontale contre les opticiens. Leclerc qui dispose déjà d’une soixantaine de centres optiques dans ces magasins lance en plus un site Internet qui va vendre des lentilles de contact et des produits d’entretien. C’est un vrai marché parce qu’il y a trois millions de Français qui portent des lentilles mais ça ne représente en fait que 3-4% du marché total de l’optique qui pèse 6,3 milliards d’euros par an. Le vrai marché ce sont les lunettes, on en vend près de 13 millions de paires par an, et ça pour l’instant Leclerc n’en vend pas sur Internet.

Comment vont réagir les opticiens ?

Ils vont quand même se sentir attaqués et ils ne pourront pas faire grand chose. Eux ont des charges locatives importantes car ils sont souvent en centre ville. Et puis la concurrence entre les opticiens a quelque chose de paradoxal. Il y a trop d’opticiens. Il y en a plus de 12.000, c’est presque 40% de plus qu’en 2000. Du coup, ils ne vendent que 2-3 paires par jour. Et ils font tout pour maintenir des prix élevés. Ca n’est l’intérêt de personne de casser les prix. Et là, ils vont avoir face à eux un casseur de prix qui va s’attaquer à une niche, les lentilles, une niche petite… mais une niche rentable. Ca va leur faire mal.

Quelles sont les chances que l’offensive de Leclerc marche ?

A mon avis le pari sera gagnant parce que les lentilles c’est beaucoup plus simple à vendre que les lunettes. C’est un marché de renouvellement qui se prête à la vente à la distance. Une fois que l’on connaît sa marque et les spécificités de sa correction, il suffit de racheter la même boite que la fois précédente en suivant l’ordonnance. Du coup, le seul critère qui compte, c’est le prix. Et en vendant via Internet Leclerc pourra facilement casser les prix d’au moins 30%. Parce que les marges potentielles sont importantes pour un distributeur comme lui qui aura à la fois de la masse, des économies d’échelle, et pas de loyer à payer.

Mais est-ce qu’il ne risque pas d’avoir lui aussi des concurrents sur le Net ?

Si. Il y en a même déjà. Marc Simoncini, le créateur de Meetic a lancé Sensee. Il n’a pas réussi à percer dans la vente de lunettes mais il vend déjà pour 20 millions de lentilles par an sur le Net. Leclerc n’aura pas le monopole de la vente sur Internet, c’est sûr. Mais d’abord le fait qu’il y ait plus de concurrence ça pourrait contribuer à dynamiser le marché. Et puis Leclerc a un autre avantage. Pour lui l’intérêt c’est d’avoir une stratégie multicanale. On commande sur le Net mais on va chercher sa livraison grauite à l’hyper. Et ça, ça génère ensuite du chiffre d’affaires. On sait bien que grande distrib ne cherche pas à gagner d’argent sur la vente d’essence. Le Diesel est un produit d’appel. Et bien les lentilles vont aussi l’être pour Leclerc.

source : blogs.lesechos.fr


You must be logged in to post a comment.

%d blogueurs aiment cette page :