Les opticiens en ligne en passe de crier victoire

By
décembre 11th, 2013

Category: Business, Internet

Le Parlement pourrait voter deux amendements allant dans le sens d'une libéralisation du marché de l'optique. Récemment, une étude d'UFC Que choisir révélait que les acteurs traditionnels pratiquaient en moyenne 70 % de marge sur le prix de vente.

Le Parlement pourrait voter deux amendements allant dans le sens d’une libéralisation du marché de l’optique. Récemment, une étude d’UFC Que choisir révélait que les acteurs traditionnels pratiquaient en moyenne 70 % de marge sur le prix de vente.

Dans le cadre du projet de loi Hamon sur la consommation, l’Assemblée nationale s’apprête, lundi 16 décembre, à se prononcer en deuxième lecture, sur deux mesures bousculant le marché de l’optique. Un vote positif serait une aubaine, pour les pure players du web.

Les opticiens en ligne, comme Happyview, Jimmy Fairly ou Sensee, opposés aux opticiens traditionnels qu’ils accusent de pratiquer des marges exhorbitantes, vont pouvoir se frotter les mains. Car, le 16 décembre 2013, l’Assemblée nationale pourrait voter, en deuxième lecture, deux amendements au projet de loi Hamon sur la consommation, donnant un bon coup de pouce à leur activité.

Le premier libéraliserait le marché de l’optique. Les acteurs traditionnels perdraient en effet leur monopole puisqu’il ne serait plus nécessaire d’être titulaire d’un diplôme d’opticien pour pouvoir ouvrir son fonds de commerce : n’importe qui pourrait le faire, à la condition de salarier quelqu’un possédant le diplôme en question.

Par ailleurs, les ophtalmologistes pourraient désormais être contraints de mesurer et inscrire sur l’ordonnance du patient son écart pupillaire. Une mesure qui jusqu’ici, s’effectuait en magasin. Avec cette information en poche, l’un des obstacles majeurs à la commande de lunettes avec verres correcteurs sur interne, disparaîtrait.

source : lentreprise.lexpress.fr


You must be logged in to post a comment.

%d blogueurs aiment cette page :