Lunettes : baisse de prix en vue ?

By
novembre 16th, 2012

Category: Business

La ministre de la Santé a récemment annoncé son intention de s’attaquer aux tarifs de l’optique. Focus sur les pistes qu’elle compte explorer.

À peines bouclées les négociations sur les dépassements d’honoraires, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, reprend son bâton de pèlerin. Prochaine étape : le secteur de l’optique dont « les prix doivent être régulés », a-t-elle récemment indiqué. De fait, les tarifs pratiqués en France seraient particulièrement élevés par rapport aux autres pays européens, confie un fabricant de verres. La faute notamment à « la multiplication soutenue des points de vente », peut-on lire dans un rapport confidentiel commandé par la Direction de la Sécurité sociale à la société conseil Alcimed.

Une nécessaire régulation

« Avec 2,7 commandes par jour en moyenne, les points de vente […] sont loin d’être saturés, d’où une répercussion […] sur chaque équipement vendu. » Autrement dit, trop d’opticiens (11 000 boutiques réparties sur le territoire) se partagent le marché et sont contraints de maintenir des tarifs élevés afin de gagner leur vie. Comptez en moyenne 278 € pour un équipement unifocal et 568 € pour des verres progressifs, selon les auteurs de ce rapport. Parmi leurs préconisations, dont Marisol Touraine semble vouloir s’inspirer, la diminution du nombre de magasins via l’instauration d’un numerus clausus pour limiter le nombre de diplômés en optique.

Autre objectif affiché par la ministre : améliorer l’information apportée aux patients lors de l’achat de lunettes. Là encore, les conclusions de l’enquête menée par Alcimed fournissent une intéressante explication de texte. Elles pointent « l’extrême diversité des modèles et des niveaux de correction qui rend impossible une comparaison systématique ». Et de recommander la mise en place d’un véritable travail de réflexion, de concert avec les professionnels, afin d’établir une segmentation plus précise des produits selon leur qualité. Avec un éventuel ajustement des taux de prise en charge par la Sécu.

Les réseaux à la loupe

« La maîtrise des dépenses optiques passe également par un développement des réseaux de soins […] qui permettent aux assurés de bénéficier de tarifs plus bas », selon Marisol Touraine. Ces réseaux, mis en place par plusieurs complémentaires santé, comptent un nombre variable d’opticiens. Le dispositif s’appuie sur l’engagement des professionnels à une modération de leurs tarifs en échange notamment de la promesse de bénéficier d’un apport de clientèle.

Il reste à voir si cette pression sur les prix n’est pas de nature à entraîner la délivrance par l’opticien d’équipements de moindre qualité. La mise en place d’un suivi de l’impact pour l’usager de ce dispositif s’imposerait donc, peut-on lire dans le rapport d’Alcimed. Malgré nos sollicitations, le cabinet de la ministre de la Santé n’a pas su nous fournir de précision sur son plan d’action ainsi que sur le calendrier qu’elle entend adopter.

Erwan LE FUR.


You must be logged in to post a comment.

%d blogueurs aiment cette page :