Un baromètre international dédié à la santé de l’oeil révèle que les Français surestiment leurs connaissances sur les questions de santé oculaire.

By
août 22nd, 2012

Category: santé

Contrairement aux idées reçues, ne pas mettre ses lunettes de vue – notamment si la correction est légère – ne force pas les yeux à travailler ! C’est le dernier message de l’AsnaV (Association nationale pour l’amélioration de la vue). Et pourtant, 61 % des Français pensent que porter ses lunettes n’est pas une nécessité (baromètre de la santé visuelle AsnaV, Opinion Way, juin 2012). Or, pour voir correctement, l’oeil s’adapte en permanence au moyen de muscles. Mais, dès que ses capacités baissent, son travail est d’autant plus important. Ne pas porter ses corrections entraîne donc une fatigue visuelle, qui n’est pas sans conséquences : maux de tête, picotements dans les yeux, sensations d’oeil sec… Sans oublier le danger que représente une vue non corrigée dans certaines circonstances, au volant en particulier !

Quant au baromètre international dédié à la santé de l’oeil du laboratoire Bausch+Lomb, il révèle que les Français surestiment leurs connaissances sur les questions de santé oculaire et ne consultent pas assez souvent de spécialiste de la vue. Pourtant, selon eux, la perte de vision constitue une des plus grandes menaces pouvant affecter leur qualité de vie. S’ils devaient choisir, nos compatriotes préféreraient majoritairement perdre leur sens du goût (78 %), de l’ouïe (74 %), la moitié de leur salaire (72 %), des années de leur vie, voire un membre de leur corps (respectivement 64 %), que la vue. La formule « j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux » confirme ainsi tout son sens.

Le tabac est nocif pour les yeux

Selon la même étude, 43 % des Français interrogés déclarent s’être fait examiner les yeux au cours des douze derniers mois et 69 % lors des deux dernières années, alors que la grande majorité des ophtalmologistes recommandent une consultation annuelle. Nos voisins européens font nettement mieux. Parmi les Français qui ne font pas vérifier leur vue chaque année, plus de la moitié disent que c’est en raison d’un manque de symptômes ou parce qu’ils voient très bien. Pourtant, lorsque les signes avant-coureurs d’une maladie de l’oeil sont perceptibles, c’est que son développement est déjà avancé. De plus, un examen ophtalmologique ne se limite pas à la vision. Le diabète, l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, les infections bactériennes, les tumeurs cérébrales, la sclérose en plaques ou des troubles de la thyroïde peuvent être détectés à cette occasion.

Outre les fausses idées sur la santé de l’oeil partagées par les Français, un grand nombre d’entre eux ne savent pas que le style de vie et certaines maladies ont un impact négatif sur cet organe fragile et sensible. Près de la moitié (49 %) d’entre eux sont étonnés d’apprendre que le tabac est nocif pour les yeux contre 32 % des Allemands, 41 % des Italiens, 45 % des Espagnols et 48 % des Britanniques. De plus, près des deux tiers (63 %) des Français sont surpris d’entendre que l’obésité est un facteur de risque de développement d’une pathologie oculaire.

Enfin, le tiers de la population française concernée par la presbytie peut désormais profiter d’une consultation pour demander à son spécialiste si elle peut bénéficier de la première lentille journalière destinée à corriger son problème (Ophtalmic HR 1 Day Progressive). Cette dernière intègre des zones optiques asphériques et progressives permettant une vision simultanée nette à toutes les distances. Et sa composition permet de surmonter les obstacles majeurs freinant l’équipement des presbytes en lentilles de contact, comme l’insuffisance lacrymale et le manque de perméabilité à l’oxygène. Son coût : environ deux euros par jour, ce qui n’est pas à la portée de toutes les bourses…

Par 

source : lepoint.fr


You must be logged in to post a comment.

%d blogueurs aiment cette page :