Un collectif promet des « actions dures » contre l' »étatisation » de la santé

By
décembre 3rd, 2013

Category: santé

3524012_6_c7bd_sur-la-manifestation-organisee-par-le-front-de_37903c05e7c30abd888fb8a9623b419c

PARIS, 02 déc 2013 – Cliniques, chirurgiens, généralistes, dentistes, kinés, opticiens… Quinze groupements ont rejoint le « collectif de mars », qui a promis lundi des « actions dures » partout en France à partir du 17 mars, avant les municipales, pour lutter contre l' »étatisation » du système de santé.

« Nous ne pouvons plus accepter« , « nous ne laisserons pas faire« , a répété comme un refrain Jérôme Marty, président de l’Union française pour une médecine libre (UFML, ex-médecins « pigeons« ), lors d’une conférence de presse.

« Les professionnels de santé avec les opticiens (…) nous allons nous battre pour empêcher que la France lâche un système qui faisait d’elle le meilleur système du monde. Aujourd’hui ce système est en train d’être massacré. Nous ne laisserons pas faire« , a-t-il asséné.

Entouré de 14 autres organisations, il a annoncé un mouvement « historique » et des « actions dures« , dont des arrêts d’activité, à partir du 17 mars, en pleine campagne municipale.

M. Marty a résumé le moteur du collectif : défendre « la liberté de choix pour le patient et la liberté d’action pour le médecin« . La première ligne de leur manifeste évoque une union « face à l’étatisation annoncée du système sanitaire français« .

Parmi les griefs, le souhait du gouvernement de généraliser le tiers payant chez les médecins, à l’image des pharmacies. Le collectif y voit un « assujettissement des professionnels de santé » aux financeurs, assurance maladie et complémentaires.

Le collectif s’élève également contre les réseaux de soins mis en place par les complémentaires santé, qui dirigent leurs clients vers des professionnels en particulier. « Demain, les patients n’auront plus le choix de leur médecin, de leur opticien, de leur spécialiste« , a prédit Serge Larcher, président de la chambre syndicale du Val d’Oise.

Les organisations dénoncent encore le contrat visant à modérer les dépassements d’honoraires, le contrat d’accès aux soins, entré en vigueur dimanche : une « escroquerie« , selon M. Marty.

Seul représentant de la fonction publique présent, Gérald Kierzek, urgentiste et fer de lance de l’opposition à la réorganisation de l’hôpital parisien de l’Hôtel-Dieu, a invoqué un « corporatisme salvateur et positif parce que le bénéficiaire, ça va être le patient« .

Les membres du collectif ont ensuite rejoint un rassemblement devant l’Hôtel-Dieu. Jérôme Marty a alors affirmé qu’il s’agissait « rien de moins que sauver le système de santé à la française« .

Par


You must be logged in to post a comment.

%d blogueurs aiment cette page :