Un site de vente de lunettes de luxe contrefaites utilise le nom d’un opticien ayant pignon sur rue à Soissons.

By
juin 16th, 2012

Category: Insolite

Après recherches, ce site est conçu en Chine…

DES lunettes de soleil Chanel à 61 euros. Prix imbattable ! Forcément, ce sont des fausses. Un œil avisé n’y croirait pas une seconde. Mais les autres… On trouve ces lunettes sur un site de vente en ligne ayant pignon sur toile et utilisant le nom d’une enseigne soissonnaise bien connue, Optique Gojo Derasse. « Je voulais voir comment j’étais référencé sur Internet quand je suis tombé dessus », explique Olivier Gojo, propriétaire, qui a bien un site Internet, mais ne fait pas du tout de vente en ligne.
En page d’accueil, le logo de la marque de luxe et un texte vantant les mérites de « votre opticien Gojo Derasse à Soissons ». Des modèles soldés à 75 % du prix initial, c’est peut-être possible chez une marque lambda, mais pas chez Chanel. « Il faut savoir que Chanel ne vend pas en ligne, ne fait jamais de soldes, et l’interdit à ses distributeurs », souligne M. Gojo.
Distributeur officiel et exclusif à Soissons de la marque de luxe, Olivier Gojo a immédiatement contacté la maison mère Chanel, laquelle doit être rompue à ce genre de fake. L’opticien soissonnais entend bien porter plainte. « Je ne voudrais pas que nos clients ou les douanes pensent que je fais de la contrefaçon. »
On le comprend, d’autant que les produits vendus ne sont même pas des copies de modèles existants, mais de grossières évocations qui, d’ailleurs, ne valent sans doute pas la soixantaine d’euros demandés. « On ne retrouve aucune des particularités de Chanel, le petit nœud, l’épi de blé ou le double C. Seuls l’étui et les boîtes font réels », observe Olivier Gojo.

« Heureusement mal référencé »

Un collègue opticien a créé un compte, juste pour voir… La procédure de paiement est plus que douteuse et la page non sécurisée. Avec le risque d’être, en plus, victime d’une arnaque à la carte bancaire.
Après une enquête auprès de l’Icann, organisme indépendant chargé de réglementer les noms de domaine, le salarié a pu retrouver un numéro de téléphone dont l’indicatif est chinois. Autant dire qu’il sera très difficile de faire supprimer le nom de l’opticien, malgré lui associé à de la vente illégale. « Il faut que je me renseigne pour savoir quelles sont les démarches possibles, mais ce sera très compliqué de remonter la piste en Chine », estime le patron. Ce dernier a envoyé des messages, via la boîte mail du site pour demander le retrait de son nom. Des messages bien sûr restés sans réponse.
En tapant « lunette pas cher soissons », dans Google, ce site arrive en 7e position. « Heureusement pour nous, il est mal référencé ! »
Isabelle BERNARD

source : lunion.presse.fr


You must be logged in to post a comment.

%d blogueurs aiment cette page :