Vintage ou futuristes, les indispensables solaires

By
août 23rd, 2012

Category: Documentaires, Mode, Solaires

 

Les ophtalmologistes recommandent de se protéger les yeux des rayons ultraviolets lorsque les beaux jours arrivent, mais les lunettes de soleil sont aussi un accessoire de mode indispensable. L’objet a pourtant mis du temps à s’imposer. Ce n’est qu’en 1752 que l’opticien anglais James Ayscough estime que la teinte des verres pourrait améliorer la vision.

Il faut attendre près de trois siècles pour que les solaires deviennent un produit de masse. En 1929, Sam Foster vend sa première paire de lunettes de soleil aux Etats-Unis. Le succès est immédiat, et l’armée en commande pour ses pilotes. En 1936, le filtre polarisant qui supprime la réverbération est mis au point, et Ray-Ban le démocratise. L’âge d’or du cinéma va définitivement installer les lunettes de soleil.

Aujourd’hui, les solaires sont un business lucratif pour les marques de luxe comme Chanel, Dior, Dolce & Gabbana, Prada ou Gucci. « Il suffit de feuilleter les magazines de mode pour se rendre compte de l’ampleur du phénomène », observe Yves Guérin, secrétaire général d’Optic 2000. La chaîne réalise une part importante de son chiffre d’affaires avec cet accessoire.

L’EMBARRAS DU CHOIX

Les spécialistes gardent une place importante. Ray-Ban a fait un retour en force cette dernière décennie. Avec son modèle Aviator bien sûr, cher à Nicolas Sarkozy. Persol, Carrera ou Police sont eux aussi remis au goût du jour. De nouveaux venus ont fait leur apparition, comme Mikita, une griffe allemande née au début des années 2000, qui séduit une clientèle branchée avec ses montures assemblées à la main, au design original.

Côté forme, on a l’embarras du choix. Les hommes apprécient les lunettes futuristes aux verres polarisés, mais aussi les modèles vintage comme ceux de Persol, régulièrement réédités. Les femmes se tournent vers de grosses montures papillon ou rectangles des années 1960 et 1970.

Le plastique domine, mais le métal, le bois ou même la fourrure pour Givenchy permettent de se distinguer. Cependant, comme dans le prêt-à-porter, c’est la couleur flashy qui est désormais tendance aussi bien chez les femmes que chez les hommes. « Une façon d’échapper à la morosité ambiante », juge Yves Guérin.

Joël Morio

source : lemonde.fr


You must be logged in to post a comment.

%d blogueurs aiment cette page :